samedi 4 mai 2019

Se comprendre !



Est-ce que vous avez la réponse ?
  
   Contrôler sa vie en conscience, se comprendre, c’est vivre en état d’éveil permanent mais et surtout, en se plaçant dans le moment présent. Encore faut-il savoir qui nous sommes vraiment. Pour cela, c’est très simple, suivez votre intuition. Au lieu de vous morceler, recréez la synthèse de votre Êtreté. Comment ? Voyons cela en quelques mots.
D’abord un constat, on peut dire :  Je sais que je ne suis pas simplement un corps physique avec un mental et un intellect mais autre chose de beaucoup plus subtil. Comment le prouver me direz-vous ? Simplement en constatant ce qui disparaît à la mort physique. Le corps se désagrège ainsi que ce qui le supporte. Le plan éthérique disparaît. Il ne reste que ce qui va sur le plan astral lors de la mort puis sur les plans supérieurs. Qu’est-ce donc ? Votre Êtreté qui voyage dans l’invisible puisque vous n’êtes pas vraiment mort. Est-ce votre « Soi » en fait peu importe le vocable : Âme, conscience, Esprit. En fait, vous êtes tout simplement « l’Esprit de Vie ». Ce vocable n’a aucun rapport avec la dogmatique religion. Ce « Moi » constitue votre partie réelle capable de vous faire ressentir, penser et imaginer les choses et non, ce n’est pas fonction du cerveau. Il se contente d’analyser des données, de les décoder et de les interpréter en fonction d’un référentiel souvent désuet d’où le danger d’illusion. Donc, vous pouvez dire que votre vrai « Moi » s’exprime à travers des strates de conscience multiples qui vous révèlent. Ces champs énergétiques vous servent pour réaliser vos choix et pour vivre selon votre conscience. Rappelez-vous que vous avez le libre-arbitre dans tous domaines. De fait, vous êtes le créateur de votre propre vie. Elle est une et indivisible se présentant sous de multiples formes, rien n’existant à l’extérieur sans rapport avec votre état d’être. Eh oui. Nous sommes une entité incarnée, c’est-à-dire une Essence bien plus subtil que ne le laisse supposer notre cerveau inféodé à notre simple matérialité terrestre. Pour retrouver cette vérité toute simple, placez-vous dans un état de paix, de confiance et parlez-vous. Votre Êtreté va automatiquement vous répondre par une petite voix (l’intuition), par des synchronicités liées à vos pensées, paroles et actes (loi de causes à effets). Pour comprendre ce qui vient d’être énoncé, procédez par analogie. Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut (Hermès Trismégiste). Nous sommes la « Divine Puissance Créatrice », Dieu si vous préférez. Quoi ! Vous ne me croyez pas ? Vous avez tort, seul notre plan vibratoire est différent en fonction du déplacement de notre conscience et de notre état d’être. Cette conscience est le curseur que nous déplaçons à volonté et qui donne la fréquence vibratoire de notre être. Posez-vous la question suivante : Êtes-vous mentalement dans l’ombre ou la Lumière, êtes-vous dans la contestation permanente, la peur, le stress ou la paix, l’amour.  Choisissez-vous le doute ou la confiance ? La sérénité ne peut se découvrir que dans l’éternel présent. Il faut la vivre par choix dans l’instant, c’est-à-dire, hors de l’espace/temps, entre passé et avenir, deux états qui n’existent pas vraiment sauf si on vit dans la linéarité de la tridimensionnalité. Le moment présent est l’interstice où tout est possible, juste là, maintenant. Il faut donc avaliser aussi qu’il n’existe aucun vide, aucune séparation dans la création, juste des plans ou champs de conscience différenciés modifiables uniquement dans cet intervalle. Il suffit, par intentionnalité, de se fondre dans cette vérité, de sereinement entrer en résonance avec elle et non de la mentaliser. La raison ne peut comprendre l’indicible.
L’état de parfaite conscience et de vérité pure, c’est l’Être réalité, dirigé par l’Esprit de Vie, c’est vous en action. Entrez de nouveau dans cet état intérieur d’équilibre conscient où toutes vos pensées se calmeront dans un profond silence puis soyez et vivez cette fusion. Quelle métamorphose, c’est cela l’éveil.
P/B

mardi 30 avril 2019

Lorsque la Vérité se répand naturellement !


   

  Peut-on dire aujourd’hui que nous vivons dans un monde libre ? Non, je ne le pense pas malgré ce que veulent nous faire croire nos dirigeants car la société a édité un carcan d’interdits pour faire plaisir à un petit nombre d’oligarchies. Explicitons cela en parlant de la médecine traditionnelle et des thérapies naturelles.

C’est le cas des méthodes non-conventionnelles de soins énergétiques, souvent traitées à tort de fabulations par ses détracteurs, souvent aussi par des personnes intellectuelles matérialistes qui ne se rendent pas compte que tout est énergie. Prenons le cas du Reiki qui est une vraie méthode de soin par imposition des mains, une « médecine » du corps et de l’esprit. Le mot est signifiant. Il vient du latin « médicina » qui signifie : « art de guérir » ou encore « Art de mettre, de maintenir ou de rétablir un être vivant dans les meilleures conditions de santé ». Je sais, notre méthode Reiki souffre de désinformation, parfois de plagiat mais et surtout de l’inconséquence qu’ont certains faux enseignants. J’évoque ici ceux et celles qui trompent celui qui recherche la vraie méthode traditionnel d’Usui. Par une absence de cursus complet, par une absence de lignée ou par de fausses initiations à distance où auto-initiation, il y a malheureusement tromperie. Il en est de même pour ceux ou celles qui, avec le rajout du vocable « Reiki » à certaines formes de soins par imposition des mains, trompent les gens. La méthode d’Usui Sensei est unique, reposant sur une tradition et des principes clairement établis et dès qu’ils ne sont pas réunis, tombe dans la falsification consciente ou inconsciente. J’invite donc chaque enseignant à quitter la peur des mots. Reiki est bien une méthode d’éveil de la conscience et une méthode de soins par imposition des mains mais elle va plus loin. Elle est la puissance de la Force de Vie en action lorsque sa Pure Lumière est rayonnée au service de celui ou celle qui le souhaite. Le thérapeute est redevenu le vrai « Soi », c’est-à-dire Lui-même l’Esprit de Vie. Sortez des dogmes, des archaïsmes pour redécouvrir la nature fondamentale de la réalité fondamentale ! Les mots : patient, séance, guérison, soin, sont trop souvent bannis par peur des dogmes de la médecine traditionnelle et des monopoles de son ordre. Voilà la vérité, voilà le vrai constat. Que chaque véritable praticien se lève et révèle la supercherie au nom de l’amour ainsi cette perfidie cessera peu à peu et Reiki retrouvera noblesse et notoriété. C’est à cette condition qu’une reconnaissance officielle adviendra en France comme c’est déjà le cas dans d’autres pays. Oui, il faut appréhender l’ensemble de l’être avec ses composantes physiques, énergétiques et spirituelles pour avoir une approche thérapeutique complète et éclairée afin d’explorer quasiment toutes les facettes de la guérison. Oui, le corps humain est un système énergétique lui-même et oui les déséquilibres énergétiques engendrent la maladie.

Il nous appartient de revendiquer cette vérité, de parler vrai, de refuser l’incohérence de ce dictat car ici on parle bien de tyrannie, de menaces de poursuite etc. La médecine de demain sera holistique qu'on le veuille ou pas.

P/B



lundi 8 avril 2019

La maladie !


 

   Chaque thérapeute énergétique doit est conscient du fonctionnement de l’être humain. Cette affirmation semble évidente mais est-ce bien le cas ? Souvent, il impose ses mains et transmet de l’énergie sans se rendre-compte du fonctionnement de son patient. Il aggrave la pathologie qu’il devrait soigner. Voyons cela en détail.

D’abord, il doit modifier sa vision et ne pas agir comme le fait la médecine traditionnelle qui considère uniquement le corps physique comme une machine à réparer avec des molécules de synthèse et leurs cortèges d’effets secondaires, qui font le bonheur des laboratoires et des firmes pharmaceutiques. L’être est interdimensionnelle. Le praticien énergétique va donc considérer l’individu comme un tout holistique en prenant en compte son champ physique, émotionnel, mental et spirituel. Cette interface se nomme le corps éthérique et sa nature est essentiellement sacrée puisque spirituelle. Cette interface donc, possède une conscience propre qui communique avec nous. Lorsqu’une discordance apparaît, il faut en rechercher la cause et non pas l’effet. L’Esprit du vrai praticien est focalisé sur la guérison, il dirige sa conscience vers l’agent perturbateur qu’il va circonscrire et transmuter. En fait le processus est simple, il agit sur la conscience du dysfonctionnement, qu’il dessèche ou détruit. Ensuite dans une deuxième phase, il va intentionnellement canaliser la Pure Force de Vie Akâshique vers le patient. C’est ce dernier qui va s’autoguérir en participant volontairement à ce transfert. Le thérapeute sait que l’énergie est information et qu’elle va s’ajuster conformément au désir du patient qui dirige son attention sur son rétablissement. Alors, sereinement, l’équilibre redeviendra la norme. L’être étant de nature interdimensionnelle sous ses aspects : physique, émotionnel, mental et spirituel, il fonctionne en synergie et de concert avec la Pure Conscience. La maladie est simplement un message d’alerte qui signale un dysfonctionnement de l’âme. Platon disait déjà à son époque que les maux du corps sont les mots de l’âme, ainsi on ne doit pas chercher à soigner le corps sans chercher à guérir l’âme. Le patient devra avalider cela et après cette phase de soin, en prendre conscience pour modifier son comportement et ses pensées. L’Amour de la vie est le lubrifiant universel et il faut le faire savoir ! Que fait le thérapeute Reiki pour être dans le bon tempo ? D’abord, il déplace sa conscience et reprend sa place comme âme en action puis, par son Esprit (le cœur de son âme), il invoque et rayonne la Lumière Akâshique de la Force de Vie qui est Amour. Rien de moins, rien de plus. Il sait, il agit, puis se retire. La guérison sera ce qu’elle sera, ce qu’elle doit être en fonction des choix de celui-ci. Voilà l’état du thaumaturge qui prend du recul quant aux résultats et dit « Pour comprendre la maladie ou la guérison, il faut la même grâce que pour l’énoncer ». Comprenez bien ici qu’il existe une différence fondamentale entre soigner et guérir, la même qu'entre soi-nier (quelqu’un qui renie le « Soi véritable en lui) et gai-rire (retrouver l’harmonie, être gai, rire etc.). Soigner, c’est supprimer les causalités du trouble alors que guérir, signifie accéder au sens de la maladie et en comprendre la blessure originelle pour revivre vraiment. Le thérapeute soigne, le patient se guérit ! C’est donc inviter ce dernier à saisir sa responsabilité et à se transmuter, c’est aussi promouvoir les approches de santé alternatives qui accordent un rôle prépondérant au psychisme contrairement à la médecine dominante, trop souvent matérialiste et mécaniste, dont le lobby est protégé par le code de la santé publique, et qui est assez folle pour assimiler l’être humain à une machine sans âme, le tout approuvé sans réserve par le conseil national de l’ordre des médecins. C’est de l’inconscience ! Heureusement les mentalités changent tout doucement. Des associations de médecins, certains syndicats ou encore certaines associations de patients militent pour la dissolution de l'Ordre. Lorsqu’on ne parvient pas à se comprendre par des mots on dit que le corps s’en charge et le traduit par « des maux ». 

On peut dire en conclusion que la maladie est une amie qui nous veut du bien. Cette cause métaphysique a pour but de nous aider à changer, à transformer notre vision de la vie. Elle est une invitation au bonheur. Dans ce domaine comme dans d’autres, le hasard n’existe pas. 

P/B

http://Reikisource.fr