mercredi 14 décembre 2011

Les bienfaits de l'Amour !

      Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Estime de soi.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Authenticité.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, J’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Maturité.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment… Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… le Respect.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Amour propre.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime quand cela me plait et à mon rythme. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Simplicité.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé. Aujourd’hui, j’ai découvert … l’Humilité.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe. Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois. Et cela s’appelle… la Plénitude.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse ! Tout ceci, c’est… le Savoir vivre. Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter. Du chaos naissent les étoiles.

Charlie Chaplin.

La Sagesse !

TOUT ARRIVE POUR LE MIEUX :

     Un roi avait pour Premier Ministre un homme plein de sagesse qui répétait toujours :"Tout arrive pour le mieux". Ces paroles agaçaient son entourage qui ne comprenait pas toujours ce qu'il voulait dire. Un jour, en chassant, le roi se coupa accidentellement le petit doigt. Fou de douleur, il retourna au palais, tenant sa main blessée. Lorsqu'il fut pansé, le Premier Ministre venu prendre de ses nouvelles, lui dit :
"Sire, ne vous désolez pas pour la perte de votre doigt, car tout arrive pour le mieux".
Le roi, déjà de fort mauvaise humeur, devint furieux en entendant ces paroles : il ordonna à ses gardes de jeter immédiatement le ministre en prison. Quelques jours plus tard, le roi repartit seul chasser dans la forêt. Ayant lancé son cheval au galop derrière un grand cerf, il se retrouva en territoire ennemi. Un silence lugubre régnait dans la forêt sombre. Seul, par moment le croassement sinistre d'un corbeau invisible, déchirait l'air.
Alors qu'il s'apprêtait à faire demi-tour, le roi fut capturé par des guerriers féroces. Ils décidèrent d'offrir ce prisonnier en sacrifice à leur déesse de la guerre, toujours assoiffée de sang. Mais au moment de lui couper la tête, ils remarquèrent qu'il lui manquait un petit doigt : seuls les hommes en pleine santé étaient jugés dignes d'être sacrifiés ; les guerriers rendirent donc sa liberté au roi, qui s'empressa de rentrer chez lui. Le roi se souvint alors des sages paroles du Premier Ministre : "Tout arrive pour le mieux" ; il réalisa que, s'il ne s'était pas coupé le petit doigt par mégarde, les guerriers, lui auraient assurément tranché la tête. 
Il fit relâcher son conseiller et lorsque celui-ci comparut devant lui, le roi demanda curieux :"Si tout arrive pour le mieux, quel bénéfice as-tu obtenu de ta semaine en prison ?".
"J'accompagne toujours votre Majesté partout. Si vous ne m’aviez pas fait enfermer, je vous aurais suivi à la chasse et j'aurais été capturé avec vous ! On vous a épargné grâce à votre blessure, mais moi, on m'aurait certainement coupé la tête à votre place. C'est pourquoi, Sire, bien souvent il nous faut regarder au-delà des mésaventures de la vie, et même si elles nous désolent sur le moment garder confiance, car tout arrive pour le mieux".

PB

jeudi 8 décembre 2011

Le Reiki.

   
      Quand nous utilisons ce terme aujourd'hui, nous parlons du « système de guérison naturelle » enseigné par Mikao Usui en 1922. Le mot japonais « Reiki » désigne la méthode de soin par imposition des mains nommée « Usui Reiki Ryohô ».
 Il est formé par deux kanji : REI, signifie : Universel, Esprit transcendant, Puissance Divine Père/mère, Essence Spirituelle et KI, veut dire pure énergie et tout à la fois : esprit, énergie et conscience.
Le vocable traduit donc la méthode canalisant la Force guidée par la "Conscience Divine" mais revenons sur celle-ci :
La méthode Reiki Usui est à la base une initiation spirituelle. Elle permet de réaliser notre nature divine et de comprendre que le monde n'est que vibrations, énergies en mouvement. Elle est présentée trop souvent comme simple thérapie naturelle par imposition des mains selon un point de vue occidental. Selon l'opinion japonaise, il permet à l'être humain d'atteindre la paix intérieure. Cette paix se réalise de façon pratique, en entrant en résonance vibratoire avec l'Univers. Le terme soins quant à lui, doit être compris comme « soigner l'esprit et le corps », c'est à dire atteindre la paix intégrale que Mikao Usui appelait Anshin Ritsumei. Aujourd'hui fleurisse un nombre croissant de techniques comportant le nom Reiki. Elles essayent d'obtenir la même notoriété que la méthode d'origine d'Usui Sensei d'où les rivalités entre ces différentes formes. C'est regrettable sur la forme mais sur le fond, cela permet de faire comprendre que tout est vibrations, que tout est en relation et créé par les pensées et les émotions. Au cours de mon cheminement, j'ai pu constater ces rivalités mais seule l'intention et l'honnêteté du praticien compte.
De toutes manières, l'efficacité des séances sera fonction de l'évolution spirituelle du praticien et dans ce domaine, il n'y a aucun pouvoir seulement la Sagesse et le lâcher-prise. C'est une énergie de vie, une énergie d'Amour/Lumière et une énergie de guérison. Être praticien, c'est-à-dire canaliser cette énergie par la méthode Reiki, suppose que nos centres, nos nadis ou méridiens soient capables de recevoir cette très pure énergie. Beaucoup d'êtres sont encore aux prises avec leurs limitations émotionnelles, mentales voire spirituelles et continuent ainsi sur le chemin de l'ignorance. Ils doivent élever leur conscience, prendre acte qu'ils sont autre chose qu'un simple corps de chair. Dès que l'être est prêt, qu'il manifeste le désir d'évoluer, le destin lui ouvre ses portes car il n'y a pas de hasard et il rencontre Reiki. L'initiation (reconnexion) avec le Divin lui confère un nouveau taux vibratoire et jour après jour, expérience après expérience, s'auto-guérissant, il va évoluer et découvrir toutes les possibilités du Reiki.
C'est le but principal de l'initiation, une courte cérémonie au cours de laquelle le maître nous éveille à notre véritable réalité, c'est-à-dire à notre lien avec le Tout et sa Force, l'imposante l'énergie Divine. Elle va descendre de la « Conscience Divine », de l'Esprit, via l'âme, par le sommet de notre tête, l'antenne réceptrice qui nous lie à la source des forces cosmiques; puis passer dans notre cœur, le centre de l'amour et de la compassion, et s'écouler grâce à notre intention par les paumes de nos mains, nos antennes émettrices dans le monde matériel. Dès lors, le praticien  a la possibilité de mettre cette énergie à la disposition des autres par simple imposition des mains. Sa pratique englobe les dimensions thérapeutiques bien sûr, mais aussi de développement personnel et de croissance spirituelle. Suivant la nécessité du moment, le Reiki est ainsi une méthode de soins énergétique, un chemin de transformation ou une voie d'éveil. Le Reiki renforce et accélère le processus naturel de guérison, rééquilibre le corps et l'esprit, rétablit l'harmonie psychique et le bien-être de l'âme en agissant sur tous les plans : physique, éthérique, émotionnel, mental et spirituel. C'est une méthode extrêmement douce et neutre de toute intervention, l'énergie canalisée s'adapte aux besoins naturels et présents du receveur qui l'absorbe. Lors d'une séance d'une heure à une heure et demie, le praticien canalise l'énergie par ses mains vers le patient (qui reste habillé) sur le corps duquel il les pose à des endroits bien précis. En principe, la première fois, le praticien reçoit une personne quatre jours de suite pour le traitement. Cela permet d'ancrer la transformation et de mettre en route la nouvelle dynamique tout en restant accompagné de cette aide précieuse que le traitement sait fournir. L'énergie de la Force convient à tout ce qui vit : humains, animaux, plantes... Le Reiki est une méthode de santé naturelle qui agit sur le corps énergétique dans son ensemble. Il accélère le processus de guérison, renforce la vitalité et libère les blocages énergétiques. Son énergie calme la douleur, draine les toxines, apaise le corps et le mental et laisse la personne dans une grande détente. Son efficacité impressionne sur tout ce qui est aigu, son aide est irremplaçable dans l'accompagnement à long terme. Mais l'essentiel est le ressenti et le mieux, est de vous laisser tenter par cette expérience au delà des mots.
Reiki désigne une technique de guérison millénaire par l'imposition des mains. En réalité, il signifie beaucoup plus que ça… Il canalise cette énergie organisatrice qui est présente en toute chose, c'est elle qui insuffle la vie, qui régit la physique des particules élémentaires et coordonne les mouvements des astres et des galaxies.
Vous avez le choix, Suivez votre intuition !
P.B

dimanche 23 octobre 2011

Pourquoi sommes-nous là :


Si vous vous posez les questions suivantes : Qu’elle est le but de la vie ? Que faisons-nous là ? Pourquoi être ici ? Vous vous apercevrez que c’est le questionnement d’une grande partie de l’humanité. Beaucoup cherchent à comprendre. J’ai-je une mission ici-bas ? 

 Si nous sommes sur cette terre, vivant dans un monde de troisième dimension, c’est pour poursuivre nos expériences, emmagasiner un savoir en travaillant sur nous-même et nous retrouver ! Nous sommes là pour réaliser que nous sommes une parcelle divine incarnée. Nombreux sont ceux qui pensent être sur terre par hasard, ils vivent et meurent sans but particulier car pour eux, il n’y a rien après la mort. D’autres vivotent, rien ne les attire ni ne les motive, d’autres encore rejettent la vie comme quelque chose sans intérêt et trouvent tous les moyens pour ne pas faire face aux expériences qui se présentent à eux. Très souvent, se sont des coques vides qui comptent sur les autres. Ils critiquent la spiritualité et attendent simplement la fin avec appréhension. En élevant notre conscience, nous réalisons que rien dans l’univers n’est dû au hasard. Par conséquent, nous devons non seulement nous accepter, tel que nous sommes en totalité, mais aussi accepter notre présente incarnation terrestre. Nous nous sommes façonnés au cours de nombreuses vies et notre âme est ce qu’elle est. Nul besoin d’avoir un masque ou de se couvrir d’un certain vernis pour donner le change. Apprenons à nous aimer tel que nous sommes, avec nos peurs, nos angoisses ou nos faiblesses mais aussi avec nos qualités. Dans la vie, nous passons par trois stades : le déni, l’acceptation et enfin la paix. Alors, et seulement alors, nous nous aimons dans notre entièreté. Notre mission est non seulement de nous découvrir, de nous accepter mais aussi de progresser et pour ce faire, il suffit de vivre le moment présent avec bonheur en gardant à l’esprit que se sont nos choix qui font ce que nous sommes. La vie est organisée autour d’expériences qu’il faut aborder sereinement. Toutes les personnes que vous côtoyez, dans la cellule familiale, professionnelle ou que vous rencontrez, sont des messagers. Tels des miroirs, ils vous montrent la transmutation que vous avez à opérer en vous. Ils reflètent la partie émotionnelle ou mentale à corriger ou à guérir et c’est ce que veut dire : se regarder en face. Ne cherchez pas à changer ou modifier l’autre mais à travailler sur vous-même et pour ce faire, vous devez d’abord vous pardonner et pardonner à autrui pour ensuite vous transformer. Par cette simple prise de conscience vous allez lâcher-prise et vivre autrement, en conscience, ce que vous êtes vraiment. Il s’agit là d’une libération mentale et émotionnelle profonde basée sur une constatation nouvelle : « Je m’aime comme je suis et je me libère ». Il faut non seulement se pardonner et pardonner à son prochain pour se libérer mais aussi pour s’aimer et aimer autrui qui n’est qu’une autre partie du Tout, une homonymie.

Nous sommes la Divinité qui s'expérimente alors lâcher-prise, soyez dans la paix, heureux d'avoir enfin compris !

PB

dimanche 9 octobre 2011

Comment bien réagir face à la maladie ?



   
     

      Ce travail demande une certaine forme de maturité permettant de s’adresser à son être intérieur. Une vieille culpabilité ancrée dans le corps émotionnel, des pensées erronées émanant du mental sont souvent à l’origine du ou des dysfonctionnements, d’où l’envoi de l’information au corps physique pour qu’il soit perçu et compris par l’être en souffrance. Voyons cela point par point.

Il faut effectivement bien comprendre que ce qui vit le sentiment de culpabilité, c’est la personnalité de surface, le (petit « moi »), celle qui n’appartient pas à l’être profond (le « Soi », l’Esprit), celle qui ne reflète pas vraiment la « Conscience Divine ». La dysharmonie ne concerne pas le « Soi Divin » qui est le vrai vous-même tel que vous le savez au fin fond de votre cœur. Le « Soi », le « Christ » intérieur n’est jamais atteint, n’est jamais contaminé par quoi que ce soit ! C’est la véritable étincelle Divine parfaite de tous temps, quoi qu’il se passe, quoi qu’il arrive. Il faut donc que dans vos moments de prière ou de méditation, vous vous adressiez à ce « Soi » profond. Adressez-vous véritablement à lui comme à un être qui se trouve face à vous et demandez-lui de vous guérir des illusions au milieu desquelles vous êtes empêtré dans cette existence. Si vous le souhaitez, donnez un nom à votre « Soi » de façon à vous le rendre plus tangible. Sachez qu’il n’est besoin de rien d’autre que d’un peu d’amour, de confiance, de reconnaissance pour qu’il vous entende, parce qu’il est vous au plus profond de vous-même. Cette indication est également valable pour désamorcer tout ce que nous appelons les mémoires cellulaires. La mémoire cellulaire est dépendante de toutes les expériences de vie. Votre parcelle divine n’est pas non plus concernée par elles : il en est le spectateur, il enregistre par l’âme ce qui se produit en un certain point mais n’est jamais touché. Voilà pourquoi c’est lui que vous devez rechercher et voir en vous comme ultime réalité. Quel que soit le trouble dont vous puissiez souffrir, vous ne devez jamais, pas un seul instant, perdre de vue le fait que ce n’est pas vous qui êtes atteint mais le plan matériel de votre être. C’est le miroir de vous-même qui est tâché, qui est touché. Le tout est de ne pas se prendre au jeu de ce miroir. Vous me direz, bien sûr, qu’il est facile de raisonner intellectuellement de cette façon mais pour incarner une telle réalité c’est tout à fait autre chose ! Faites preuve de simplicité ! Dans un premier temps, il faut savoir prendre conscience d’une réalité pour aller ensuite résolument à la rencontre de sa vérité. Sachez être spontané, contentez-vous d’être, simplement avec douceur. Votre « Christ » intérieur répondra toujours, il suffit d’y déplacer sa conscience.

Avec cette nouvelle compréhension de ce que vous êtes, déposer votre requête au cœur de la Présence puis, avec détachement, laisser-la agir de la meilleure façon qui soit. Voilà le processus de l’auto-guérisson enclenché.

P/B

mercredi 21 septembre 2011

Le lâcher-prise.


      Pour bien comprendre ce que représente le lâcher-prise, il faut lui opposer son contraire. Qu’est-ce que son opposé ? Le contrôle ! Nous voulons tout maîtriser, nous et les autres, tous les degrés de notre vie, notre travail, notre émotionnel, notre mental etc.

Lorsque nous réalisons que nous ne pouvons changer ni les événements qui se produisent ni autrui mais que nous pouvons seulement changer notre façon de les percevoir, nous sommes dans le lâcher-prise. Rappelons-nous que les événements ou les expériences actuelles que nous vivons sont les fruits de nos pensées, de nos paroles et de nos actions passées. Changeons maintenant de point de vue puis d’état d’esprit et modifions-nous pour préparer le terrain d’un futur différent. Ainsi, nous nous donnons alors une chance de vivre moins de stress, d’être dans la paix et la joie. De la même façon, lorsque nous modifions notre action pour arriver à un résultat, nous faisons preuve de flexibilité. Comment pouvons-nous développer le lâcher-prise nécessaire ? D’abord en se remémorant les préceptes du Reiki. Ainsi nous arrivons à une conclusion. Il s’agit d’une prise de conscience ! Il faut prendre acte de l’absurdité du contrôle sur ce qu’on ne peut ni changer ni influencer. En devenir conscient, c’est changer, c’est accepter que la cause entraîne un effet donc qu’il nous faut nous transformer sereinement pour transmuter le futur. Y-a-t-il un moyen pour cela ? Oui, il y a un moyen et vous le connaissez tous mais vous ne le pratiquez pas ! Lequel ? Réfléchissez un peu puis tranquillement, placez-vous dans le moment présent, dans cet intervalle espace/temps entre le passé et le futur. C’est là que vous êtes créateur. Maintenant, soyez différent et libre. Plus de jugement, plus de critique, plus d’analyse et donc plus de séparation. Redevenez un tout en action. Contrairement à ce que vous lisez ou entendez ici ou là, vous êtes un tout. Plus d’analyse, plus de personnalité, d’ego, de mental etc. mais une Êtreté reposant sur une merveilleuse liberté. C’est d’abord une nouvelle conscience d’unification puis, une puissance qui est utilisée. Vous êtes de nouveau en conscience une particule de la Source incarnée sur cette planète et vous êtes tranquille, en paix car vous savez !
C’est le vrai détachement qui permet de s’extraire de toute cette pollution des systèmes, des contraintes, des obligations. Plus de servitude, vous êtes affranchi des dogmes et des : « Il faut que ».  A nouveau, vous savez dire non et vous laissez les autres « être » ce qu’ils veulent faire ou être sans vous prendre la tête. Chacun son chemin, chacun sa m… comme on dit.

Cela vous fait décrocher de cette masse de moutons dominée par les puissants et appelle pour vous, synchronicités et alternatives, soit la vraie solution qui fera de ce futur de merveilleux moments présents. C’est ça le lâcher-prise profond que vous pouvez intégrer en acceptant d’Être le divin. Vous êtes alors ce que vous Êtes. A vous le voir et de choisir !
P/B