lundi 26 août 2013

Petite leçon de sémantique :


     La signification des mots échappent parfois à celui qui s’en sert, c’est un fait et particulièrement dans le domaine de la médecine énergétique. En voici ma perception. 

 Depuis leur apparition dans les années 70, les médecines dites douces ont été cantonnées dans la case « médecines parallèles » qualifiées au choix, de naturelles ou de non conventionnelles. C’est d’ailleurs, cette appellation que la commission Européenne a retenue : « médecine non conventionnelle ». Tous les termes sont discutables mais celui qui cherche à présent à s’imposer pour le Reiki est présenté pour ne pas froisser, il s’agit de : méthode complémentaire. Le mot lui-même est un adjectif qui signifie complément, ajout. On dirait alors que le Reiki est une méthode d’appoint, en supplément, à considérer comme appendice à la médecine traditionnelle. Parmi toutes les appellations proposées, celle-ci ne semble pas adéquat, approprié, idoine, convenable, similaire, adapté, ad hoc ! Est-elle alors alternative, c'est-à-dire proposant un choix ? Le terme me semble plus approprié que complémentaire, il laisse le choix devant un constat, c’est une option à la traditionnelle médecine avec ses médicaments. Oui je sais le terme ne ménage pas, il provoque mais n’est dérangé que celui qui le veut. Le malade a le droit de se soigner comme il l’entend. Il peut choisir l’une ou l’autre ou même cumuler. Il cherche une chose : améliorer son état de santé et se sentir bien. C’est une démarche naturelle, lucide, logique et même si cela ne ménage pas les susceptibilités, peu importe, c’est un fait. Le Reiki est une méthode de soins énergétiques qui prend en compte tous les plans de l’être. Le Reiki est ce qu’il est, au même titre que d’autres méthodes, mais il peut être qualifié de médecine douce, médecine naturelle, médecine alternative, médecine parallèle et même de médecine holistique et non pas simplement et seulement de thérapie complémentaire.

N’ayons pas peur des mots, ils n’appartiennent à personne et surtout pas à l’ordre établi. Le terme qui me semble faire le moins polémique est à mon sens celui de la commission Européenne. Elle  reconnaît qu’il s’agit d’une médecine à part entière mais qui reste non conventionnelle, donc originale. C’est le cas non ?

P.B

Article déplacé. 

1 commentaire: