jeudi 20 novembre 2014

L’Esprit de vie !



    



       


Qui pensons-nous être, vers quoi allons-nous et surtout pourquoi est-ce ainsi ? Pourquoi avons-nous cette impression de séparation alors qu’il n’y a qu’un seul Esprit ? Voilà de nombreuses questions qui très souvent restent sans réponse. Pourtant on constate aujourd’hui que c'est la même conscience qui nous anime tous, que cette conscience est, en chaque individu, une façon différente d'aller vers l'Absolu, d'où une infinité de personnalités disparates qui toutes sont en devenir. Cette unité dans la diversité, si elle est comprise, sera le garant d'une fraternité sans précédent dans le nouvel âge d’or, la fin de tout racisme, le respect et l'amour du "prochain", chaque personnalité constituant une partie de l'Esprit que chacun est en réalité. Essayons donc d’en comprendre le processus en examinant diverses facettes de cette réalité car c’est en effet, la base de tout travail thérapeutique sérieux.

Premier constat, nous pensions jusqu'à présent être un corps ayant un esprit. Nous savons désormais que nous sommes un tout avec l'Esprit, c'est-à-dire celui qui défini le but, personnifié d’une certaine façon par ce que nous nommons une âme avec ses corps subtils et un corps physique avec sa personnalité nécessaire pour vivre une certaine individualité. Être Soi-même, c'est définir notre but personnel mais aussi réaliser une vraie réalité globale, celle qui donne de l'énergie et libère du passé en comprenant que nous sommes l’Un. Nous voilà devant l’Absolu car l’Esprit est éternel. Sa cause est immuable, son but toujours renouvelé. L'évolution est donc infinie vers un amour de plus en plus grand, dans une conscience de plus en plus élargie. Si les corps, outils permettant à l'Esprit d'agir, s'usent et meurent, l'être, lui, n'a pas à craindre la mort et est certain de retrouver un autre outil ou vêtement pour poursuivre son cheminement vers le but ultime. L’esprit Est d’où sa notion de liberté intrinsèque. Il n'est pas prisonnier de la matière mais au contraire s’exprime à travers elle. L'Esprit dirige notre existence selon sa décision, mais en général c'est inconsciemment qu’elles sont prises, par habitude ou par paresse. Cependant, il ne sera totalement libre de toutes doctrines, de tous archaïsmes ou sectarismes qu’ils soient politiques ou religieux que lorsqu’il aura dépassé la dualité de ce monde. En effet, le fait de prendre conscience de la responsabilité de notre destin nous aide à porter attention à nos croyances et à nos pensées. Ainsi, par lui et en lui (l’Esprit de vie) nous seront de vrais créateurs. Personne d'autre que la combinaison de notre conscience et de la capacité d'amour que nous manifestons n'a le pouvoir d'engendrer d’effets. Nous nous mettons nous-même dans les situations que nous vivons, car nous sommes seuls responsables de notre monde. Une fois cela compris et admis, on devient apte à maîtriser notre sort et à améliorer la société. Je sais que je suis le créateur de l'univers dans lequel je vis car si je change un détail, je change d’univers, c'est un autre macrocosme et je vous le dis avec force et vigueur, ce n’est pas un effet de manche. Ainsi, nous en revenons aux buts de la Vie. L'un des plus sûrs moyens de nous manifester comme Créateur est de nous reconnaître comme tel et d'aider autrui à réaliser cela.
Celui qui aide l'autre à se réaliser et se réjouit de la réalisation d'autrui, considère vraiment l'univers comme une pure création de chaque instant, à la fois en tant que passé et en tant que devenir. Nous vivons et agissons dans un éternel présent, c’est une évidence pour celui ou celle qui regarde les choses en face. En fait, la mémoire, nos culpabilités, nos regrets, et les traces du passé ne sont que celles qui, dans l’ici et maintenant, nous servent à entretenir une image permanente de nous-même. En se libérant d’un passé qui n’est plus, nous transcenderons la mémoire, et notre univers devient ainsi une œuvre d'art dont nous sommes l’auteur et dont nous avons l'entière responsabilité. Pour cela, gardons en tête que l’Univers résonne par fréquences. Vous êtes et nous sommes des diapasons de la Vie ou énergie de l’Esprit exprimant un but, une intention et s’exprimant en vérité et de cela découle un résultat. Il n'y a que cela, sous toutes les formes, et lorsque nous décidons d’évoluer, c'est que notre capacité consciente a changée, que notre vibration est montée en fréquence, alors, nous sommes plus proches de l’absolu. A mon avis, l'évolution spirituelle de l'homme consistera dans un avenir prochain à voir cela en tout, après bien sûr, avoir éradiqué la gangrène qui domine notre monde. En effet, la clé de voute de toute idéologie de contrôle s’appuie sur le dogme clérical, lequel favorise le bon ordre et la soumission auprès d’une autorité apparaissant comme légitime et salvatrice. La manipulation des masses s’opère notamment par l’entretien de leur paranoïa, vous le savez. Qu’il s’agisse d’un courant religieux, d’un courant politique, d’un régime d’État ou d’organisations secrètes, la domination s’opère toujours reprenant le même processus nihiliste : cultiver l’angoisse des gens et les culpabiliser dans le but de les inhiber et de permettre ainsi au discours autoritaire d’exercer une emprise sur leurs pensées. Merci à la domination par la peur !
Deuxième constat découlant du premier : Nous recherchons, en réalité et en permanence la paix, c’est un fait : une intention, un but, une réalisation. Tout est mouvement dans la Vie mais aussi tout est confrontation dans les mondes de notre dimension, parce que nous cherchons toujours à ne pas être ce vers quoi nous tendons. Comme vous, je suis l’Esprit, je suis la Vie, ici et maintenant, pas demain, pas plus tard, non maintenant !
Vous devez reconnaître que tout ce qui paraît parfois limité ou méprisable est simplement une fréquence basse de l’amour, recherche d'infinité oblige, et alors plus rien n'est vain ni inutile, tout ce qui a été jusqu'à présent est parfait, à sa place. Même si pour l’instant, vous n'atteignez pas ou vous ne percevez pas l'idéal, vous atteindrez la paix en reconnaissant que tout et tous sont nécessaires à sa réalisation. Ainsi est la Vie. Le fait que tout soit transitoire veut dire que tout est Divin, Esprit, et cela, loin d'enlever son intérêt au monde, fait que l'on peut communiquer et s'aimer. S'il y avait plusieurs esprits, ou si la matière existait en tant que telle, il n'y aurait ni amour possible ni communication. Il n'y aurait même pas conscience. Chercher l'infini en Soi et l’exprimer n'est donc pas renoncer au monde, au contraire. C'est s'y impliquer totalement, afin que chaque spécificité, chaque façon d'aller vers le but, soit effective. C'est en étant soi-même que nous réalisons le but, pas en reniant le support de la Vie qui est le corps matériel dont nous avons besoin. La matière, certes, n'existe pas en tant que telle puisqu’elle est elle-même énergie, mais la sensation qu'elle existe est indispensable et nous devons jouer le jeu. Nous ne devons pas vivre en dehors de ce plan de vie puisque nous avons décidé de nous y incarner, au contraire, nous devons le sublimer.

Tous thérapeutes, tous guérisseurs devraient savoir cela, le garder en conscience, car guérir un être, c’est comprendre sa globalité. Guérir de quoi que ce soit, psychologiquement, physiquement ou socialement, c'est redevenir soi-même, c'est-à-dire l’Esprit en manifestation sur différentes structures vibratoires. Par son but, le thérapeute ou le guérisseur, canalise l’énergie la plus pure, l’Essence de la Vie, qui recréée les conditions parfaites pour de nouvelles avancées mais avec une nouvelle prise de conscience pour le patient. Le prix de la guérison est juste là : accepter sans jugement tout ce que l'on a été, tout ce que l'on a fait, le transmuter pour l'utiliser à des fins nobles et bénéfiques dans de meilleures conditions. Apporter cette connaissance aux patients, restructurer leur corps, voilà le vrai et noble rôle du guérisseur dans le cadre de la Vie.

P.B

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire