dimanche 10 mai 2015

Et si tout était virtuel ?






   

      Et si la maladie n’était un leurre, un mirage, pour faire passer une information émanant du spirituel au mental, avez-vous déjà envisagé cette option ? Ce leurre tellement réel pour le mental qu’est soi-disant la maladie, c'est-à-dire ce sur quoi on se fonde mais qui trompe ou pour utiliser un autre mot connu : un mirage, cette illusion va-ton dire, est ordonnée à un niveau supérieur. La maladie n’existe pas en tant que telle, c’est une information, un signal d’alarme, concernant une déviance intérieure qui très souvent fait même souffrir. Ainsi le mental interprèterait cette information de manière erronée laissant penser qu’il s’agirait d’une vérité ancrée dans le corps ? Voyons cela d’un peu plus prêt.

Ce schème binaire, qui n’a rien d’extraordinaire dessine dans son universalisation, la forme d’une causalité dont la nature est précisée par le mode d’action du souffle rationnel divin. Cependant, cette action informante définie n’implique pas une réalité rigide ou une fixité dans le corps d’expression via les plans subtils ; non, non, car il n’y a rien de réel, juste une révélation. Vous allez me dire que vous le constatez, que c’est une évidence, que la maladie se voit et se ressent. Eh bien non, c’est là l’erreur, cet état n’est que conceptuel et porte surtout sur la représentation que le médecin et le patient se font de la maladie. Les premiers se basent sur des études scientifiques et ne peuvent qu’établir des corrélations parce qu’elles ne s’occupent pas de la cause énergétique qui est le mécanisme sous-jacent à chaque expérience individuelle, qu’elle soit physique ou non-physique. C’est une construction intellectuelle débouchant sur une classification mentale qui varie selon les cultures mais pour le patient la plainte est bien là avec sa souffrance et son effet la douleur, entraînant souvent une peur subjective liée à l’angoisse qu’elle génère et sur laquelle il faut naturellement donner un nom comme pour se rassurer ou exorciser le trouble, mémoire du collectif. Vous voyez, on constate qu’il y a très souvent opposition de point de vue et voilà que moi, ici, je rajoute une troisième approche informative qu’il va falloir transcender. C’est en effet en quittant cette polarité de base et en élevant sa conscience que va s’obtenir la neutralité. Oui, il faut dépasser l’effet informant, le comprendre et passer au-delà, c'est-à-dire de l’autre côté du voile par une expansion de conscience. Il faut tout simplement recevoir le message (recevoir = re (marche arrière) et « ce voir » (pour se voir à nouveau comme avant) donc prendre des mesures pour redevenir parfait seul ou à l’aide d’un thérapeute énergétique. C’est un retour à la perfection originelle qui est offert ici, après une nouvelle prise de conscience, un décodage informatif, car le praticien Reiki est à considérer comme le virtuose, oui, oui, l’instrumentiste capable de résoudre avec aisance, les plus grandes difficultés de la vie grâce à la Force qu’il canalise. Je le rappelle, il n’a pas à se focaliser sur le résultat qui sera à la mesure de ce qui doit être. Praticiens Reiki, cette Sagesse équivaut à votre âme. Si vous la laissez s’exprimer, si vous la laissez briller, le Livre de Sagesse s’éclairera en vous et vous saurez toujours répondre avec bonheur, penser avec sagesse, aimer avec douceur, vivre avec sérénité et agir avec cette puissance d’Amour/Sagesse. Vous n’avez pas besoin de l’apprendre depuis l’extérieur puisqu’il vous suffira de consulter votre propre cœur. Vous devez simplement faire preuve de confiance et exprimer par intention ce à quoi vous pensez. Si vous avez toujours la certitude absolue qu’au niveau le plus profond la réussite est au bout du chemin, que tout se réalisera dans l’état de Conscience où vous le concevez, vous n’aurez jamais à craindre ce résultat. Pour cela, gardez en tête le but de la maladie qui est instructif, agissez tranquillement comme le vrai thérapeute intermédiaire de la guérison de Vie que vous êtes et abandonnez-vous au résultat qu’elle a prévu car nul hasard ici ou là. Attention, je souligne les mots précédents : résultat qu’elle a prévu ! Donc, intégrez cette connaissance sans vous préoccuper de ce qui se fait, de ce qui se dit à droite ou à gauche dans le monde Reiki. Soyez dans la compassion en imposant vos mains en maîtrisant votre mental. Ayez confiance et foi en Esprit (la Lumière) qui circule en vous. Elle sait, Elle agit, Elle transmute. C’est par votre intention que vous travaillez, en étant présent à vous-même et cela produit des notes aux connotations harmoniques capable de guérir le corps et le mental et d’asseoir la perfection. Le thérapeute se syntonise à une Puissance qu’il ne comprend pas toujours mais qui s’exprime divinement à travers lui dans le processus de guérison d’où cette importance souvent notée qu’il faut voir non pas cette réalité virtuelle falsifiée mais l’être parfait en bonne santé.

Donc pour conclure, je dirais que les maladies semblent être le miroir de nos conditions spirituelles. Notre mode de vie étant en contradiction avec notre « Soi profond », il y a déclenchement d’un conflit informatif vous invitant à reprendre la route de la plénitude. N’oubliez jamais que nos descriptions traditionnelles de la maladie ne sont jamais qu’une représentation falsifiée de la vérité divine mais simplement notre manière de la comprendre à notre époque et qui change constamment. Ici, le patient est tout naturellement invité à revenir à la plénitude du « Soi ». L’essentiel est là, vous le savez, dans une vacuité spirituelle profonde qui sommeille dans chaque être.

Philippe Blot, Maître-enseignant en Reiki traditionnel à ESTOS (64400).
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire