mercredi 17 juin 2015

On souffre parce qu’on est conditionné !








      Nous vivons dans une sorte de spirale mentale d’attachement à une personnalité qui conditionne toutes sortes de comportements ou réactions basés sur des croyances ou jugements alors que notre référentiel est erroné et toujours en changement. Nous vivons avec des dogmes, des archaïsmes publiques et avec des religions qui utilisent toujours les émotions à commencer par la peur, afin de sanctifier et de consolider les modes de domination antédiluvienne de notre société. Comment en sortir, voyons cela.

On le perçoit aisément, c’est un conditionnement délétère qui entraîne conflits, malaises et maladies. Pour en sortir, c’est très simple. Changez votre regard sur l’univers, réfléchissez sur vous-même car la maîtrise spirituelle est un état d’être. Vous savez que votre personnalité n’est que temporaire, valable pour cette incarnation et qu’elle doit disparaître au produit de votre « Soi supérieur Christique ». Elle a été créée avec nécessité pour vous identifier dans ce monde matériel. Cependant, prenez bien conscience que votre personnalité vous lie, vous conditionne et vous endoctrine dans les archaïsmes précités. Élevez cette conscience et comprenez que vous êtes le divin en action,  vous devez non seulement maîtriser votre mental mais il doit devenir l’outil de l’Esprit. Ainsi à votre service, il émettra des pensées plus hautes, plus belles, plus spirituelles. Comprenez bien que l’enfermement, le mal-être ou la maladie sont avant tout des signaux d’alarme montrant le chemin de l’amour inconditionnel de soi. Qu’ils soient physiques, émotionnels ou spirituels, nos traumatismes, nos malaises sont au fond la somme de nos luttes intérieures ainsi que de nos peurs. Il faut les abandonner aujourd’hui. Quand on prend conscience des attachements qu’on nourrit par conditionnements de toutes sortes et des patterns autodestructeurs qu’ils entraînent, on peut commencer à s’en libérer et c’est par une augmentation du respect de soi, de notre sens des responsabilités et surtout de notre dépendance intérieure, que nous pouvons reconnaître pour la première fois que nous devons changer quelque chose en nous. C’est une prise de conscience salutaire et bénéfique qui va tout changer. Soyez bien dans votre tête, soyez libre et en paix, ne vous attachez plus aux expériences qui vous frappent. Elles ne sont que temporaires et destinées à être prise au second degré pour être surmontées avec efficacité. Regardez au fond de vous et souriez car vous le saviez déjà !
Dans cet état de plénitude retrouvée, notre corps, qui est intelligent, peut emprunter plus facilement le chemin de la régénérescence. Quittez volontairement cette identification au petit « moi » pour redevenir le spectateur de cette pièce de théâtre qui se joue ici-bas et maîtrisez-vous. Faites maintenant preuve de détachement et rejetez les apparences, cela favorisera l’émergence d’un meilleur discernement intérieur venant du cœur. Vous avez le choix : Être ou ne pas être, vivre au sens divin ou vivre au sens humain. Ici, je vous invite à vous dépasser, à vous reconnecter intérieurement à une force d’Amour/lumière qui émane de ce centre créatif en vous d’où provient toute vraie connaissance. Faites preuve de sagesse en expérimentant cette puissance qui transformera votre existence. Vous ressentirez une incroyable excitation intérieure lorsque vous mettrez en pratique ce que peu de gens ont le bonheur de percevoir et de connaître : « Il suffit d’être ». Vous faites un choix puis vous le réalisez, c’est aussi simple que cela. Soyez en effet consciencieux ! Regardez le mot, il porte en lui-même la réponse « Conscience d’être les cieux ». Cette expression signifie « pouvoir ». Je vous l’ai déjà dit : «Tout est déjà en vous ». Voilà le secret révélé !

A présent, êtes-vous toujours conditionné ou libre ? Vivez-vous encore prisonnier de votre ego, des dogmes, ou êtes-vous affranchi par cet état de conscience qui transcende ? J’espère que vous avez choisi ce voyage de la conscience vers une réalité oh combien sublime dont le potentiel de liberté est infini.

P.B

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire