vendredi 10 juillet 2015

Le secret du détachement !


  

     Remarquons ensemble combien dans la vie, on traîne des choses qui ne nous appartiennent pas et cela conduit à bien des déceptions. On s’approprie : famille, amis, référentiel, alors que la liberté réside dans un salutaire détachement car en vérité que savons-nous de la vraie vie ?

Faire preuve de détachement ce n’est pas, contrairement à l’approche traditionnelle, être désintéressé ou indifférent mais savoir que nous sommes libres et que tout est possible. Le détachement se cache dans la sagesse du lâcher-prise. Cela nous libère des entraves créées par le passé, par nos projections erronées de l’avenir, par le connu ou les identifications à toutes sortes de choses. Cet attachement à une image, une marque, un modèle, un environnement, une famille. Il vient de l’extérieur, du monde matériel, artificiel et surtout virtuel. En avoir conscience est le début de la libération. Faisons ensemble le choix de son pendant, à savoir la connaissance intérieure, voyez comme cela nous ramène à la paix. Là, c’est beaucoup plus silencieux, plus calme, plus vide finalement, car dans le silence de son âme on fait preuve de sagesse. Le secret est de cultiver l’attitude du spectateur, de l’observateur silencieux devant chaque expérience de vie en sachant que nous ne sommes pas celui qui pense. C’est ce à quoi doit tendre le thérapeute Reiki lorsqu’il traite un patient. Il fusionne intentionnellement avec sa « Pure Conscience », il fusionne sa totalité dans son Êtreté puis, il exécute avec calme et pouvoir le travail qui se présente, quel qu’il soit. Cela s’applique également à notre façon de vivre chaque moment car le détachement s’étend à toutes les facettes de la vie. Attention, le détachement n’est pas un vain mot, ce vocable identifie un état d’Esprit qui doit être maitrisé, réel, pour transfigurer le mental, ce qui fournit cette merveilleuse liberté de conscience et favorise cette grande paix intérieure. Pour ce faire, revenons un instant sur ce salutaire lâcher-prise. On dit souvent que c’est difficile de lâcher-prise. C’est exact, je suis entièrement d’accord pourtant j’ai réussis. Voilà comment lâcher prise. Vous le savez, c’est une notion subtile que nous ne pouvons comprendre intellectuellement c’est pourquoi, il bien difficile à intégrer dans notre vie de tous les jours. Il faut oser se dépasser, se perdre dans l’Unicité et pour cela, un seul message existe : Être soi-même sans rien attendre et vivre l’instant en état de totale vacuité. Pour ce faire, il faut quitter les contraires, c'est-à-dire oublier les masques et les mots : luttez, résister, étiqueter ou contrôler. Le lâcher-prise est l’acceptation totale à ce qui est, de ce qui se présente et surtout de ce que vous êtes. C’est l’abandon de l’image, du masque, pour une vérité plus grande, l’abandon à son Être pour revenir à « Soi-même ». Est-ce une question d’état d’esprit ? Oui parfaitement. Pour être en paix : « Cesser de vouloir tout contrôler, faites confiance à la vie et surtout abandonnez-vous à tout ce qui se présente ». C’est le secret des secrets pour tout comprendre : Laissez les choses être et graduellement elles vont perdre leur pouvoir mais se révéler, c’est dire finalement : « J'apprends à laisser les choses être sans que mon mental n’intervienne et ne les catalogue ». C’est une autre réalité qui prend forme, ensuite plus de dualité, plus de résistance mais un abandon à notre vraie nature par une simple émancipation de la conscience. Ainsi dans cet état d’intégrité, nous reprenons possession de notre autonomie, de notre individualité sacrée. Cela régénère, apporte de l’harmonie dans notre vie, cela apport du bonheur, la santé, la joie et permet dans cet état d’Êtreté de voir à nouveau la beauté du monde. Le lâcher-prise comme le détachement permettent en particulier de faire des expériences hors jugement, de faire des erreurs mais d’apprendre d’elles, de grandir en somme. En fait, nous nous abandonnons au chorégraphe intérieur, à notre vrai « Moi profond », à l’Esprit, au « Christ » intérieur.
Il y a toujours intention et désirs mais détachement quant aux résultats. L’attachement lui, était induit par les dogmes et les archaïsmes de la société. Il était construit sur la peur, le stress, sur l’insécurité mais aussi sur le paraître car il défendait notre personnalité extérieure. Tous ses besoins venaient de l’ignorance car en vérité, notre ancien mental ne pouvait admettre ce que nous sommes en vérité, un être de Lumière, une parcelle de la Source en incarnation. Notre « Soi Divin » par le biais de notre âme est et reste la vraie source de l’abondance. L’attachement aux choses extérieures crée de l’anxiété et débouche sur des malaises, des maladies et souvent sur des drames psychologiques. Par contre, le détachement comme le lâcher-prise sont symbole de paix, de sérénité et de bonheur. Ils entraînent une élévation de la conscience au-dessus de la perception sensorielle, donne la liberté de créer spontanément tous les possibles. Oui, vous avez bien lu, tous les possibles ! Soyez donc totalement fusionné et prêt à abandonner ce que vous avez été, à abandonner vos anciens schémas de fonctionnement. Il faut que vous alliez résolument vers un nouveau devenir en acceptant ce merveilleux détachement de l’Être. Oui, la sagesse de l’incertain apporte l’exaltation et le mystère, oui le détachement est la voie de l’idéal supérieur et cet état est constructif, hors verdict. Cette ouverture d’esprit favorise la fusion de notre intention de nos désirs, de nos buts, mais seul le détachement comme le lâcher-prise du résultat nous permettra de saisir de nouvelles opportunités. Alors, choisissons le lâcher-prise et ce détachement aujourd’hui, maintenant, car c’est l’ingrédient miracle pour vivre libre chaque expérience. Ainsi est la vraie liberté et la sécurité car une fois les barrières de l’ego dépassées, nous entrons dans le champ de tous les possibles avec une infinité de choix. Oui, le détachement est la clé du bonheur et de la paix conduisant intérieurement notre « Soi Divin » à prendre la direction de notre vie. Laissez sereinement votre « Christ » être le pilote et voguez sur le chemin de la connaissance en toute quiétude. Cet état permet de ne plus être affecté par les situations de l’existence quotidienne mais de les dépasser dans l’expectative de ce que va produire votre état d’être. Aujourd’hui, souriez, soyez empli d’allégresse dans l’ivresse de la voluté spirituelle retrouvée.

En conclusion, on peut dire que votre liberté dépend de votre état de conscience. Votre vie sera le reflet de cet état. Ce recul, ce détachement, sera pour vous l’essence d’un avenir radieux si vous le choisissez. Appliquez donc ce qui vient d’être dit et surtout vérifiez-en le bien fondé par vous-même. Maintenant vous savez, vous avez le pouvoir. Il ne reste qu’à vouloir et oser puis à révéler à autrui ce secret si bien gardé.

P/B

dimanche 5 juillet 2015

Hasard ou synchronicité ?




    Vous le savez, l’espace/temps est subjectif et non linéaire. Dans ce contexte, avez-vous vraiment le libre-arbitre ? Délicate question que se posent de nombreux chercheurs. La réponse git au fond de nous, comme d’habitude. La Théorie de la « double causalité » pose à nouveau la délicate question de ce libre arbitre, dans un monde où notre futur serait déjà réalisé et en continuelle transformation, sous l'influence de nos intentions et de nos observations. Essayons d’y voir plus clair.

Prenons dans un premier temps la théorie du hasard. Ce dernier, s’il était réel, exprimerait l’impossibilité de prévoir avec certitude un fait quelconque. On le dit imprévisible et même imprédictible mais c’est sans tenir compte de la causalité, la cause entraînant en principe un effet. Exemple, vous prenez une décision et automatiquement, il va y avoir une conséquence. Il y aurait donc une dépendance, un rapport voire une interdépendance. Mais là, nous rencontrons un autre problème. Il faut résoudre, celui des synchronicités.  Dans la psychologie analytique développée par le psychiatre suisse Carl Gustav Jung g, la synchronicité serait l'occurrence simultanée d'au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l'association prendrait un sens pour la personne qui les perçoit et vlan, voilà un autre paradoxe. Explicitons le terme : Les synchronicités sont des coïncidences mystérieuses que nous attribuons souvent au hasard à défaut d'en comprendre le sens. Elles constituent le matériau expérimental de la théorie de l’espace/temps modulable. Cette théorie révolutionnaire est porteuse d'un message salutaire : elle démontre que nos intentions agissent comme par magie dans notre vie. Étrange, c’est presque une antinomie. Est-ce que cela à un lien avec notre avancement spirituel ? Nous entrons ici dans le domaine de la spéculation.
Revenons sur la causalité qui fait le lien entre hasard et synchronicité et qui a peut-être été mal comprise. Il existe en effet une seconde causalité nommée « rétro-causalité » ou encore causalité rétrograde. Vous trouverez des explications sur le sujet en utilisant le net. Dans cette perspective, nous créerions la réalité passée par notre observation, vaste programme. En fait, cette causalité rétrograde serait capable d’expliquer de nombreux phénomènes étranges comme la synchronicité, les coïncidences extraordinaires et même certaines intuitions salutaires. D’un coup l’espace/temps devient moins linéaire même peut-être un éternel présent, seul instant où nous avons la mainmise. Il s’ensuit que les probabilités d’occurrence de certains effets, une fois modifié par l’intention, peuvent remonter le temps pour augmenter ou simplement créer dans notre futur immédiat des probabilités d’émergence d’opportunités. Cela se traduit par des coïncidences ou par la manifestation d’un hasard synchrone chargé de sens et d’autant plus surprenant qu’il laisse penser avec force à l’influence du « Soi ». Cette théorie confirme bien la justesse de cette intuition d’un lien acausal entre l’état de conscience et certains événements à travers nos fameuses synchronicités. Vous voyez où je veux en venir ? La démarche intellectuelle rejoint par une intériorisation, l’expérience spirituelle de connaissance de soi, d’implication de « l’Esprit de transcendance » et donc de sagesse. Posez-vous la question : « La spiritualité ne serait-elle pas une voie pour s'ouvrir à l'immensité des potentialités infinies du cœur de notre âme (l’Esprit) plutôt que de s'enfermer dans l'étroitesse égotique de la personnalité ? Alors, avons-nous des pouvoirs sur notre vie ? Passé, présent et futur ne sont-ils que des vues de l’esprit ? Il est probable qu’à l’avenir nous allons découvrir de nombreuses potentialités lié à ce cœur divin et à la Vie car les consciences sont en expansion.

On peut donc dire que cette Création étant énergie et simplement une vue de l’Esprit, donc modifiable, que c’est par une intention de cet Esprit (ce que vous êtes vraiment) que sont enfantées les choses. Une simple intention soutenue suffit pour qu’une vibration-information soit envoyée dans la matrice et modifie la donne, dans ce champ invisible en perpétuel mouvement, car nous vivons, nous nous exprimons dans de multiplies dimensions qui interagissent avec notre plan physique. Alors oui, nous avons comme être divin d’infinies possibilités et donc un profond libre-arbitre sur le présent.


P.B