lundi 11 janvier 2016

Explicitons le lâcher-prise !






    

   On peut dire que « lâcher-prise », signifie s’abandonner à la vie et se comprendre. Pour cela, il faut concevoir l’ego autrement. Son rôle était de défendre l’âme sur le plan terrestre (la personnalité) mais il était trop dans le contrôle, la maîtrise, le vouloir et même le pouvoir. Cette période peut être révolue par choix. Dès que l’ego est au repos, le mental perd ses repères, il fait obligatoirement une pause. Il n’y a plus de critique, de division, plus d’interprétation, plus de maîtrise et surtout plus de contrôle alors il ne comprend plus et dit on fait quoi maintenant ? On dit alors qu’il cherche un nouveau Maître.

Il le trouve dans le « Soi divin », le cœur de l’âme, l’Esprit. Cette conscience (la Lumière) permet à l’amour de se répandre, ainsi va la vie. Il retrouve donc avec Lui la Source, celle qui est douce, sans tension, agréable. C’est l’autre extrémité de l’observance. La conscience se focalise uniquement sur une vérité d’être différente. Cette expérience du détachement est extrêmement salutaire. C’est accepter de s’ouvrir à l’imprévu et de faire confiance à la vie, tout le contraire de ce qui était fait jusqu’à présent. Ici, il n’y a plus de pourquoi, ni de comment, puisque tout est parfait. Je sais, c’est difficile à avaler ! Le mental est toujours là mais maintenant à notre service. Il devient l’observateur mais sans les interprétations, sans les jugements, les critiques, sans les commentaires et sans analyses induites par l’ancien ego. Ainsi, votre nouvelle opinion se base sur le neutre (ce qu’elle n’a jamais envisagée), elle constate juste ce qui est sans se soucier de comment ça devrait être. Voilà la bonne attitude ! Le curseur de la dualité est en position central, c’est le signe de la balance à l’équilibre, le signe de l’infinie sagesse. Vous acceptez ainsi la liberté d’être pour vous et pour les autres. Vous acceptez ce qui est (glups impensable il y a peu). Cette paix, cette sérénité, est transformatrice car chaque expérience sera revisitée par un regard empli d’un profond détachement. Attention, ce n’est pas ne rien faire mais au contraire vivre ce présent avec compassion et tendresse, en sachant que tout est pour le mieux dans cet éternel présent. Lorsque vous vous ouvrez à la réalité du cœur, vous sortez du jeu. Ainsi vous comme moi, nous acceptons ce que les autres sont, à cet instant même. Nous avons réalisé qu’ils sont ce qu’ils sont à cause d’une multitude de raisons comme nous. Alors là, c’est terrible on en est où nous ? Nous ou le « je » a disparu. En fait, il a implosé pour fusionner avec le grand Tout. On existe encore mais avec une conscience élargie. Terrible ! On a viré tous les dogmes, les interdits, les impossibles, on relativise et s’abandonne car on sait enfin aujourd’hui que c’était nos fausses croyances qui avaient déterminées nos malheurs, notre angoisse, notre anxiété par nos pensées et nos réactions, qui à leur tour ont reflété la réalité que nous vivions. Ce passé est révolu !Oui, on peut le dire, observer sans évaluer ou juger est la plus haute forme de l'intelligence humaine. Vous êtes avec cet état d’esprit, libéré et heureux. 

Par ce profond lâcher-prise, vous êtes maintenant simplement dans l'accueil et dans l'acceptation du moment présent ! Vous constatez tranquillement ce qui s’y déroule sans faire d’appréciation ou d’interprétation. Vous laissez les choses être. Cette neutralité n’est pas de l’indifférence mais une ouverture de la Conscience qui va se poursuivre, encore et encore. Nous sommes redevenus maître de notre réalité, nous sommes l’Esprit qui est comblé de bienfaits. C’est agréable de vivre ainsi cette profonde quiétude ! 

P/B

Site : http://Reikisource.fr
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire