mercredi 22 février 2017

Les basses fréquences énergétiques dégagées par autrui.




       Nous vivons dans un monde non pas matériel mais énergétique, cela vous devez le savoir. Dans ce plan de vie, dans cette apparente matérialité, les fréquences émises sont encore plus basses, plus denses. Nous nous retrouvons parfois avec des êtres qui vivent dans une sorte de marasme énergétique et dégagent ce que nous nommons virtuellement de l’énergie négative. Leurs pensées, leurs émotions sont pesantes, malsaines, reflétant un chemin de vie chaotique. Douleurs, souffrances sont leurs lots quotidiens. Comment éviter cette toxicité, comment s’en protéger, tel est l’objet de cet article.

Pour bien comprendre le processus, il faut savoir qui on est mais reprenons notre cheminement depuis le début en décrivant l’humain. Pour certains, ils ne ressentiront rien car ils sont eux-mêmes dans cette situation. Vous en connaissez autour de vous. Ce sont les égoïstes, les pervers narcissiques, les opportunistes, les hypocrites etc. Pour d’autres, ces fréquences ne les troubleront pas car ils sont eux-mêmes dans cette mouvance basse, ils sont matérialistes et ancrés dans la dualité. Ce sont les égotiques, les sans-gênes, les grossiers, les envahissants. Où cela change, c’est avec les êtres qui se sont tournés vers la Lumière, vers un chemin spirituel. Il s’agit de ceux qui connaissent la compassion et qui en arrive au stage de l’empathie. Le terme signifie : capacité de ressentir les émotions, les sentiments, les expériences d'une autre personne ou de se mettre à sa place. Dans ce genre de situations, il devient crucial d’apprendre comment se défendre contre cette toxicité qui affecte très souvent votre état mental, spirituel et physique. La première étape consiste à redécouvrir votre propre pouvoir en sachant que vous êtes le divin en action, ici et maintenant. Aussi difficile à admettre que le reste non ? Pourtant c’est la vérité, l'Univers est vivant et conscient, il est fait d’une multitude d'étincelles de lumières, c’est-à-dire de vous qui êtes un être divin déguisé en être humain. Le sachant, on prend des décisions différentes et on les assume. Le pouvoir est dans ce savoir et la satisfaction dans son application, là, on vit donc libre. Les règles élémentaires à suivre sont simples : On arrête de toujours faire plaisir en prenant parfois de la distance, on n’en fait plus une affaire personnelle, on n’a pas à se préoccuper des opinions d’autrui qui sont le reflet de leurs propres pensées. Elles n’ont pas à vous impacter, c’est à vous de décider de ce que vous voulez être. Si vous pratiquez déjà ces mesures de bon sens, vous verrez un gros changement se produire dans votre environnement. La seconde étape consiste à prendre également d’autres mesures de sagesse. Vous devez interdire l’accès dans votre vie à des personnes parasites. Ce sont des vampires énergétiques qui vivent comme des victimes de la société, de leur environnement, de leurs faiblesses. Elles jugent et critiques leurs proches, leurs familles et agissent en quelque sorte exactement de la même façon. Elles reproduisent souvent par mimétisme ce qu’elles ont vécues dans le passé et imposent à leurs proches leurs imperfections volant au passage votre énergie. Je vous le dis ici, vous n’êtes pas la solution mais juste une batterie qu’ils vont vite déchargée. Ils captent votre attention, vous vampirise et jouent aux martyrs. Troisième point et pas des moindres, vous devez savoir dire non. Vous connaissez l’expression : « Savoir dire non, c’est se dire oui à soi-même ». C’est vital et salutaire, c’est un acte altruiste que de faire preuve de courage car ainsi vous montrerez l’exemple. Maintenant, avant dernier point important. Soyez vous-même avec force et pouvoir en examinant la situation dans l’instant. Êtes-vous vraiment impacté, ici et maintenant, par quelqu’un ou par une situation ? Si oui, alors agissez en vous recentrant. Enfin et pour vous immuniser définitivement contre ces énergies dites négatives, comprenez que tout dans la vie n’est qu’un rapport à quelque chose. Rappelez-vous toujours que vous êtes le ou la seule responsable de votre état, les autres ne sont souvent que des révélateurs voire des catalyseurs impactant votre création mentale, vous êtes donc le seul remède qui ramènera la stabilité, la plénitude, l’harmonie en vous et cette panacée ressortira uniquement de vos choix. Sachez encore que notre conscience est une fenêtre sur le monde mais que nous sommes celui-ci et ce n’est pas un mythe.

Voilà en quelques points essentiels, comment sortir de votre conditionnement mental et ne plus être impacté par la spirale infernale d’autrui. Nous sommes les Maîtres du jeu, nous en avons toujours eu les clefs et oui, notre esprit n’a pour limites que celles que nous lui reconnaissons. Il n’y a là aucun hasard, juste l’application des lois divines et c’est nos conditionnements qui façonnent les causes se transformant en effets positifs ou délétères. Voilà la réalité de la vie. 


P/B 

samedi 11 février 2017

Savoir dire non !




   Vivre vous impose de faire des choix, c’est une évidence mais le faites-vous en toute conscience ? Êtes-vous autonome ? Voilà un questionnement qui permet de savoir si vous êtes vraiment libre. Êtes-vous parfois la bonne poire qui subit ?  La plupart du temps, vous cédez aux demandes ou aux pressions non ? Voyons pourquoi.

Très souvent, vous reculez pour éviter les conflits, pour faire plaisir, pour ne pas avoir à vous justifier mais cela entraîne automatiquement un malaise en vous ou vous conduit tout doucement vers la dépression si la situation perdure. Parfois, vous vous retrouvez engagé contre votre gré, parfois, on vous force la main alors par peur, vous restez dans cette situation délétère. Examinez la situation, vous demeurez le seul responsable de votre inconfort. Vous vous posez alors la question : « Pourquoi est-ce que je n’ai pas le courage de m’affirmer, pourquoi je cède, pourquoi, pourquoi … ». Réfléchissez un instant et déculpabilisez. Pourquoi dites-vous souvent « oui » quand vous voulez dire « non ». Parce que c’est plus simple ! En agissant ainsi, vous vous dévalorisez. Comprenez bien qu’il faut plusieurs conditions pour pouvoir dire non sereinement. La première, c'est de savoir ce que vous voulez ; la seconde, c’est de vouloir vous affirmer et la troisième, c’est agir, c’est-à-dire exister par vous-même. Cela concerne tous les domaines, du relationnel en passant par les services. Pour être libre, il faut poser ses limites et savoir dire « stop » ou « non » sans avoir à vous justifier. Gardez en tête que les seules frontières de votre liberté d’être sont celles que vous vous imposez et qu’il n’est pas toujours nécessaire de fournir des raisons quand on choisit de refuser quelque chose, de dire « non » ou « stop ». C’est l’intentionnalité qui vous redonne votre autonomie. Cette liberté est totalement méritée même si parfois, elle vous expose à des critiques voire à des rancunes. Vous ne devez pas plonger dans la peur d’être mal jugée par les autres, cela renforce votre état de dépendance. Gardez à l’esprit qu’il y a toujours des manipulateurs (trices) qui saisissent chaque occasion de vous faire changer d’avis par la flatterie, par le mensonge, par des pleurnicheries ou par toutes sortes de tromperies. Regardez les choses en face. Savoir dire non, c’est apprendre à se dire oui à soi-même. Savoir dire non, c’est aussi mettre une barrière de protection là où il faut. Faites preuve de libre-arbitre, soyez vrai et suivez tranquillement votre intuition, c’est votre système de défense immunitaire au niveau du « Soi divin » qui agit. Ce que vous devez réaliser, c’est qu‘il n’est pas interdit, malsain ou malvenu de dire non. D’aucuns disent il faut faire preuve d’amour et tout donner. Oui, c’est exact même un refus. Vous remarquerez aussi qu’après avoir dit « stop ça suffit », vous êtes dans un étrange état. D’abord une sorte d’étourdissement survient avec la question « ai-je bien fait » puis, cet état se transforme et s’emplit de légèreté. Vous comprenez enfin que la liberté véritable est intérieure et qu’elle vous appartient.

S’affirmer et oser dire non en toute simplicité, c’est un refus d’obtempérer et cela s’apprend. Je vous le redis ici, le respect de vous-même doit naître de votre pouvoir et non de votre faiblesse donc, il faut savoir ce qu’on veut et avoir le courage de le dire. Gardez à l’esprit qu’être vrai libère, alors montrez sereinement votre indépendance et ce savoir-faire puis, ce « savoir-être » car il s’agit bien de cela.






P/B