samedi 11 février 2017

Savoir dire non !




 

     Vivre vous impose de faire des choix, c’est une évidence mais le faites-vous en toute conscience ? Êtes-vous autonome ? Voilà un questionnement qui permet de savoir si vous êtes vraiment libre. N’êtes-vous pas parfois la bonne poire qui subit ?  La plupart du temps, vous cédez aux demandes ou aux pressions non ? Voyons pourquoi.

Très souvent, vous reculez pour éviter les conflits, pour faire plaisir, pour ne pas avoir à vous justifier mais cela entraîne automatiquement un malaise en vous ou vous conduit tout doucement vers la dépression si la situation perdure. Parfois, vous vous retrouvez engagé contre votre gré, parfois, on vous force la main alors par peur, vous restez dans cette situation délétère. Examinez calmement la situation, vous demeurez le seul ou la seule responsable de votre inconfort. Vous vous posez alors la question : « Pourquoi est-ce que je n’ai pas le courage de m’affirmer, pourquoi je cède, pourquoi, pourquoi … ». Réfléchissez un instant et déculpabilisez. Pourquoi dites-vous souvent « oui » quand vous voulez dire « non ». Parce que c’est plus simple ! En agissant ainsi, vous cédez et vous vous dévalorisez. Comprenez bien qu’il faut plusieurs conditions pour pouvoir dire non sereinement. La première, c'est de savoir ce que vous voulez ; la seconde, c’est de vouloir vous affirmer et la troisième, c’est d’agir, c’est-à-dire exister par vous-même. Je sais, parfois on se dit : « je n’ai pas les moyens de dire non ; je n’aurais plus de boulot, je suis dépendant de, je n’aime pas les conflits etc. C’est exact dans l’instant mais ce qui est là maintenant n’est pas ce qui sera demain. Si vous prenez votre décision, si vous demandez implicitement à l’invisible de vous en donner les conditions alors vous aurez le courage de dire « non ». Cela concerne tous les domaines, du relationnel en passant par les services. Pour être libre, il faut poser ses limites et savoir dire « stop » ou « non » sans avoir à se justifier. Il faut suivre son intuition car c’est la voix de l’âme ! Gardez en tête que les seules frontières de votre liberté d’être sont celles que vous vous imposez et qu’il n’est pas toujours nécessaire de fournir des raisons quand on choisit de refuser quelque chose, de dire « non » ou « stop ». C’est l’intentionnalité qui vous redonne votre autonomie ; une preuve de liberté, le paradigme de l’esprit non contraint. Ainsi, par cet acte de volonté, on affirme son libre arbitre. C’est l’être qui n'accepte pas qu'on lui impose ce qu'il doit faire ou penser. Cette liberté est totalement méritée même si parfois, elle vous expose à des critiques voire à des rancunes. Vous ne devez pas plonger dans la peur d’être mal jugée par les autres, cela renforcerait votre état de dépendance. Gardez à l’esprit qu’il y a toujours des manipulateurs (trices) qui saisissent chaque occasion de vous faire changer d’avis par la flatterie, par le mensonge, par des pleurnicheries ou par toutes sortes de tromperies. Regardez les choses en face. Savoir dire non, c’est apprendre à se dire oui à soi-même. Savoir dire non, c’est aussi mettre une barrière de protection là où il faut. Faites preuve de libre-arbitre, soyez vrai et suivez tranquillement votre intuition, c’est votre système de défense immunitaire au niveau du « Soi divin » qui agit. Oui, l’intuition nous guide vers un chemin que la raison nous aurait peut-être dit d’éviter. Ce que vous devez réaliser, c’est qu‘il n’est pas interdit, malsain ou malvenu de dire non. D’aucuns disent il faut faire preuve d’amour et tout donner. Oui, c’est exact, même un refus. Vous remarquerez aussi qu’après avoir dit « stop ça suffit », vous êtes dans un étrange état. D’abord une sorte d’étourdissement survient avec la question « Ai-je bien fait ? » puis, cet état se transforme et s’emplit de légèreté. Vous avez retrouvé votre confiance, votre volonté, votre liberté d’être et vous souriez. Vous comprenez enfin que cette véritable liberté est intérieure et qu’elle vous appartient.

S’affirmer et oser dire non en toute simplicité, c’est un refus d’obtempérer et cela s’apprend. Je vous le redis ici, le respect de vous-même doit naître de votre pouvoir et non de votre faiblesse donc, il faut savoir ce qu’on veut et avoir le courage de le dire. Gardez à l’esprit qu’être vrai libère, alors montrez sereinement votre indépendance et ce savoir-faire puis ce « savoir-être » car il s’agit bien de cela.


P/B

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire