samedi 3 juin 2017

On me pose souvent la question suivante : Qui suis-je ?




      



   

     La réponse se trouve dans ce que vous n’êtes pas.  Eh oui, c’est le paradoxe de la vie, en réalité vous n’êtes pas l’humain que vous croyez être, en tout cas pas seulement. Vous n’êtes pas réellement cette personnalité incarnée, pas plus que son ego ou son mental. Non, non, mais pour transcender cette usurpation d’identité, il faut absolument sortir de vos habitudes et préjugés pour dépasser vos sens et s’en libérer, pour démystifier cet ancien parasitage créé par la dogmatisation de la société.

Regardez où cela vous a mené jusqu’à aujourd’hui. Colères, préjugés, frustrations, jugements sont le lot quotidien d’un bon nombre d’entre vous. Ce règne de la division est une construction du mental qui s’appuie sur la mémoire collective de l’humanité. Il est temps de passer à autre chose. En réalité, nous sommes l’Esprit, la Lumière de la Vie, qui s’exprime dans une multidimensionnalité. « Christ » en nous, révèle cette grande vérité car il est cette Essence. Pour l’atteindre, fermez simplement les yeux. Vous y êtes, vous Êtes l’Esprit. Tout est comme il se doit. Attention comme je l’ai déjà expliqué par ailleurs, le vocable « Christ » n’a rien à voir avec le religieux au contraire, c’est un état d’être. Explicitons cela voulez-vous. On sait que les autorités ecclésiastiques sont des falsificateurs, que la bible est un vulgaire plagia d’une doctrine beaucoup plus ancienne et donc que sont discrédités toutes fantasmagories, ce que réfute l’église malgré toutes les preuves qui s’accumulent. Cela ferait sauter le système qui rapporte argent, prestiges, domination et gloire. Quant au mot « Christ » qui d’après cette oligarchie proviendrait du terme hébreu « l’oint », fabulation une fois de plus. C’est une hérésie, puisqu’en réalité il signifie (gardien des mystères). Ce n’est pas un nom mais un titre lié au culte Isis et Osiris. Par ailleurs également, ce vocable n’a aucune racine indo européenne. Pour preuve, aucune trace d’onction n’aurait été donné à « Jésus » pour en faire un roi sauveur d’Israël. L’initié « Christ » était un gardien des secrets et un thaumaturge dans l’ancienne Égypte et bien plus encore mais c’est une autre histoire. Le terme a juste été utilisé pour coller à la doctrine de l’époque. Ce qui est dit ici est vérifiable ! On constate donc que la vérité se cache dans les profondeurs d’un passé encore plus ancien. Il s’agit d’une quête passionnée sur nos origines qui n’est pas prête de s’éteindre. Oui, cette gnose primordiale rejette la genèse des Hébreux (peuple guerrier colonisateur), donc les premiers faussaires, pour revenir aux sources emplies de sagesse de l’Egypte et détruit, peu à peu, les fondations et la dogmatisation religieuses des premiers siècles. Vérifiez, cherchez et vous trouverez. Après cette digression, revenons à notre propos. On s’installe dans cette Unicité par notre Pure Conscience, la Lumière. Seule notre ouverture spirituelle doit être purifiée et développée afin d’être en mesure de discerner cette véritable nature. Être authentique, sortir de l’illusion, se fondre dans l’instant présent, voilà le sacré qui dans sa légèreté et sa fluidité occupent alors notre espace. Ainsi la grâce de la vie se déploie et la complétude s’installe. Alors, la dualité a disparu au profit de l’unité qui transcende, au profit de celle qui rayonne.

Vivre, être, dans cette infinité est le but de l’existence. On se sent bien, simplement bien, comblé et sans attente. On se sent vivant comme jamais on ne l’a été. Ne dit-on pas : « La liberté est proportionnelle aux limites qu’on s’impose ou encore : la Vie ta crée libre ; sois libre d'être toi-même ».

P/B

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire