samedi 4 mai 2019

Se comprendre !



Est-ce que vous avez la réponse ?
  
  
    Contrôler sa vie en conscience, se comprendre, c’est vivre en état d’éveil permanent mais et surtout, en se plaçant dans le moment présent. Encore faut-il savoir qui nous sommes vraiment. Pour cela, c’est très simple, suivez votre intuition. Au lieu de vous morceler, recréez la synthèse de votre Êtreté. Comment ? Voyons cela en quelques mots.
D’abord un constat, on peut dire :  Je sais que je ne suis pas simplement un corps physique avec un mental et un intellect mais autre chose de beaucoup plus subtil. Comment le prouver me direz-vous ? Simplement en constatant ce qui disparaît à la mort physique. Le corps se désagrège ainsi que ce qui le supporte. Le plan éthérique disparaît. Il ne reste que ce qui va sur le plan astral lors de la mort puis sur les plans supérieurs. Qu’est-ce donc ? Votre Êtreté qui voyage dans l’invisible puisque vous n’êtes pas vraiment mort. Est-ce votre « Soi » en fait peu importe le vocable : Âme, conscience, Esprit. Vous êtes tout simplement « l’Esprit de Vie ». Ce vocable n’a aucun rapport avec la dogmatique religion. Ce « Moi » constitue votre partie réelle capable de vous faire ressentir, penser et imaginer des choses et non, ce n’est pas la fonction du cerveau. Il se contente d’analyser les données perçues par les cinq sens, de décoder ces signaux électriques et de les interpréter en fonction d’un référentiel souvent désuet d’où le danger d’illusion. Donc, vous pouvez dire que votre vrai « Moi » s’exprime à travers des strates de conscience multiples qui vous révèlent. Ces champs énergétiques vous servent pour réaliser vos choix et pour vivre selon votre conscience. Rappelez-vous que vous avez le libre-arbitre dans tous domaines. De fait, vous êtes le créateur de votre propre vie. Elle est une et indivisible se présentant sous de multiples formes, rien n’existant à l’extérieur sans rapport avec votre état d’être intérieur. Eh oui. Nous sommes une entité incarnée, c’est-à-dire une Essence bien plus subtil que ne le laisse supposer notre cerveau inféodé à notre simple matérialité terrestre. Pour retrouver cette vérité évidente, placez-vous dans un état de vide, de silence et ressentez-vous. Votre Êtreté va automatiquement vous répondre par une petite voix (l’intuition), par des synchronicités liées à vos pensées, paroles et actes (loi de causes à effets). Pour comprendre ce qui vient d’être énoncé, procédez par analogie. Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut (Hermès Trismégiste). Nous sommes ce qui Est, Dieu si vous préférez. Quoi ! Vous ne me croyez pas ? Vous avez tort, seul notre fréquence vibratoire est différente en fonction de notre conscience et de notre état d’être. Cette conscience est le curseur que nous déplaçons à volonté et qui donne l’harmonique à notre être. Posez-vous la question suivante : Êtes-vous mentalement dans l’ombre ou la Lumière, êtes-vous dans la contestation permanente, la peur, le stress ou la paix, l’amour, la quiétude.  Choisissez-vous le doute ou la confiance ; la peur ou l’amour ? La sérénité ne peut se découvrir que dans l’éternel présent. Il faut la vivre par choix dans l’instant, c’est-à-dire, hors de l’espace/temps, entre passé et avenir, deux états qui n’existent pas vraiment sauf si on vit dans la linéarité de la tridimensionnalité. Le moment présent est l’interstice où tout est possible, juste là, maintenant. Il faut donc avaliser aussi qu’il n’existe aucun vide, aucune séparation dans la création, juste des plans ou champs de conscience différenciés modifiables uniquement dans cet intervalle. Il suffit donc par intentionnalité, de se fondre dans cette vérité, de sereinement entrer en résonance avec elle et non de la mentaliser. La raison ne peut comprendre l’indicible.
L’état de parfaite conscience et de vérité pure, c’est l’Être réalité, dirigé par l’Esprit de Vie, c’est vous en action. Entrez de nouveau dans cet état intérieur d’équilibre conscient où toutes vos pensées se calmeront dans un profond silence puis soyez et vivez cette fusion. Quelle métamorphose, c’est cela l’éveil.
P/B